Accueil Actualités Soutien aux associations et pour la mise à l’abri de celles et ceux qui dorment dans la rue : intervention de Jean-Paul Huard

Soutien aux associations et pour la mise à l’abri de celles et ceux qui dorment dans la rue : intervention de Jean-Paul Huard

 

Une intervention courte pour valoriser et saluer le travail remarquable et sans relâche que mènent des associations en direction des migrants: le MRAP, la LDH, la CIMADE, l’ASAMLA, le GASPROM, le CEECS, l’AMSF, l’ANADE, la FAL 44, la LICRA et le GREF.

C'est un engagement notable dans la période actuelle compte tenu du "déni d'humanité insupportable" dont fait preuve l'Etat français, pour reprendre les propos tenus par le prix Nobel de littérature français, Jean-Marie Gustave Le Clézio. L'écrivain s'est en effet insurgé contre la politique devenue "un monstre froid" qui agit en suivant "des lois et des instructions qui ne tiennent pas compte du sentiment humain". Pour preuve, en décembre dernier, les associations claquaient la porte de Gérard Collomb qui leur demande de faire du tri entre les bons et les mauvais migrants. Une atteinte historique à notre tradition d’accueil.

Je rappelle qu'à Nantes une soixantaine d'associations et collectifs ont lancé un appel en janvier "Plus personne à la rue - Pour un accueil inconditionnel" face à la situation urgente et alarmante sur Nantes et son agglomération. Nous relayons ce que demandent les collectifs et associations, en particulier la construction collective de solutions pérennes.

La ville de Nantes agit déjà, en témoigne ce soutien financé qu'il nous ait demandé d'approuver aujourd'hui. Et interpellée par cette solidarité citoyenne et associative, elle s’attelle à apporter des réponses. Pour autant, l'engagement de la Ville doit prendre en compte l'urgence de la situation qui perdure et est insoutenable en cette période hivernale.

Un vrai plan d’actions de la Ville reste à construire collectivement. Toutefois nous devons agir sans attendre pour la mise à l’abri de celles et ceux qui dorment dans la rue.

Laisser un commentaire