Accueil Actualités Rapport sur le Développement Durable à Nantes : intervention de Julie Laernoes

Rapport sur le Développement Durable à Nantes : intervention de Julie Laernoes

 

Je voudrai commencer par saluer la mémoire de Claudine Raillard Clément, qui a été présidente du réseau Ecopole entre 2014 et 2017, et qui nous a quitté récemment.

Dès son arrivée à Nantes elle s’était impliquée au sein d’Ecopole en offrant ses compétences et ses connaissances en matière de plantes, de jardinage et de biodiversité. Elle a été une bénévole active et impliquée dans son association avant d’en prendre la présidence dans une période où le réseau Ecopole subissait des difficultés économiques. C’est lors de cette période difficile que j’ai pu faire sa connaissance. Claudine, pourvu de son flegme bienveillant que lui reconnaisse les acteurs, a réussi à redresser la situation du réseau, et à le projeter dans l’avenir. Je lui rends ici hommage.

La rapport développement durable dresse le bilan annuel de nos actions et notre collectivité n’a pas à en rougir. Il relate le fourmillement d’actions concrètes et tangibles des différents acteurs de notre territoire et témoigne de la volonté de chacun et de chacune d’agir à son échelle, qu’on soit habitant d’un quartier, membre d’une copropriété, bailleur social, commerçant, ou tenant d’un bar qui s’engage pour les ecocup lors de la fête de la musique.

De plus en plus, les citoyens et les acteurs en redemandent. On a appris cette semaine la naissance de l’application locale Vigilo qui aide à signaler les abus dans la rue. Cette action, qui provient directement de l’engagement des acteurs du vélo à Nantes, montre qu’il y a une véritable nécessité de rendre notre ville enfin cyclable. J’étais dernièrement au congrès organisé sur le vélo où la définition qui est donnée d’une ville cyclable est celle d’une ville où l’on peut emmener en toute sécurité son enfant de 6 ans faire du vélo. Je constate que ce n’est pas encore le cas ici et que nous avons là des marges de manoeuvre conséquentes pour les années à venir. D’autant que les propositions des acteurs ne sont pas en reste sur ce sujet.

Toute le monde est conscient de l’accélération du réchauffement climatique et de ses conséquences sur notre territoire et les personnes que nous rencontrons disent toutes leur envie d’agir concrètement. La question est donc comment les impliquer ?

C’est à cette question que nous devons répondre en tant que collectivité, c’est ce lien entre acteurs et transition écologique qui doit animer notre ville. Car l’écologie protège et l’écologie rassemble. Elle crée des liens de solidarité à toutes les échelles.

Pour faire le lien avec les délibérations qui ont été voté précédemment concernant la santé, je voudrai rappeler quelques chiffres : pour 100 € d’investissement dans la lutte contre la précarité énergétique ce sont 42 € de frais de santé qui sont économisés. La précarité énergique, c’est 4 fois plus de crises d’asthme, c’est 4 fois plus de bronchite chronique, c’est 1 fois et demi plus de dépressions et de grippes. On voit bien qu’il existe un lien évident.

J’étais hier à une conférence avec les professionnels du bâtiment dont le colloque se tenait pour la première fois à Nantes. Le logement, le bâtiment, sont au carrefour des enjeux aussi bien d’urgence climatique que d’urgence sociale et constituent des solutions. Nous avons raison de souligner l’engagement de la collectivité aussi bien au niveau de l’éco appartement que dans la lutte contre la précarité énergétique. Je souhaiterai rajouter que nous parlons souvent des frais engendrés par le chauffage, mais que c’est oublier ceux engendrés par la chaleur. La double canicule que nous avons vécu coup sur coup cet été nous rappelle que c’est aussi dans les quartiers les plus bétonnés et les plus dégradés que les conditions de vie sont difficiles. La précarité énergétique lors de la période chaude de l’été est un réel sujet d’avenir.

L’écologie protège. Nous avons, nous en sommes toutes et tous convaincus, semé les graines du monde et de la ville que nous voulons construire pour demain. Nous savons que pour relever le défi qui est immense devant nous, nous aurons besoin de l’action et de l’énergie de tous les acteurs, et nous devrons rassembler pour permettre d’amplifier notre action, pour être à la hauteur et au rendez-vous des enjeux de demain.

Laisser un commentaire