Accueil Actualités Rapport sur le développement durable à Nantes Métropole : intervention de Ghislaine Rodriguez

Rapport sur le développement durable à Nantes Métropole : intervention de Ghislaine Rodriguez

Nous avons été regardés, par la France et par l’Europe, lors de ce Grand Débat.

Deux mois après les conclusions de la commission, la dynamique perdure.

Hier, 300 personnes étaient présentes pour bâtir sa feuille de route.

Ce midi avec Johanna Rolland, j’ai eu le plaisir, de remettre le prix de l’innovation sociale consacré, cette année, à la transition énergétique.

Ce sont des illustrations concrètes qu’après le temps du débat, le temps est à l’action !

Et ce, y compris chez les acteurs économiques sans qui la transition écologique de notre économie serait impossible.

Nos priorités en tant que groupe écologiste et citoyens sont celles-ci :

- lutter efficacement contre la vulnérabilité énergétique en atteignant le zéro passoires énergétiques ;

- rendre l’espace public aux habitants, non aux voitures, avec des transports faciles, alternatifs à la voiture et une végétalisation croissante pour des espaces de vie et une biodiversité préservés ;

- adapter nos villes à tous les âges de la vie et notamment aux plus jeunes en associant les enfants aux nouvelles formes de la ville ;

- atteindre l’autonomie alimentaire de façon solidaire avec les territoires voisins, en se basant sur nos besoins et notre potentiel agricole.

Nous avons les leviers pour cela et nous devons nous en saisir, dès maintenant avec :

- notre Plan de Déplacement Urbain ;

- notre Programme Local de l’Habitat ;

- notre Projet Alimentaire de Territoire ;

- notre Plan Climat Air Énergie Territorial.

Nos exigences portent aussi sur l’exemplarité.

Ce sont 15 000 scientifiques qui nous alertent sur l’état de la planète.

Ce sont 53 000 participants du Grand Débat qui nous attendent au tournant !

Réduire notre empreinte écologique est une responsabilité qui nous incombe en tant que collectivité.

Le DOB nous a rappelé notre premier axe d’orientations budgétaires à savoir : la transition écologique. Nous en sommes satisfaits. Mais concrètement, ce sont aussi des moyens humains, dans nos services, que nous devons prioriser sur ces sujets.

Nous devons procéder aux retraits de tous nos investissements des énergies carbonées et investir plutôt durablement, dans nos politiques publiques et auprès des acteurs, pour accélérer la transition écologique, économique, sociale et alimentaire de notre société.

2018 arrive à grands pas :

- il est plus que jamais temps de penser optimisation plutôt que destruction dans nos projets d’infrastructures ;

- il est plus que jamais temps de penser sobriété dans nos déplacements ;

- il est plus que jamais temps de penser solidarité et santé environnementale dans toutes nos politiques publiques.

Laisser un commentaire