Accueil Actualités Mutualisation de la vidéosurveillance : intervention de Pierre-Yves Le Brun

Mutualisation de la vidéosurveillance : intervention de Pierre-Yves Le Brun

Nos propos concerneront le bilan 2019 du Centre de Supervision Urbain. Nous continuons à dénoncer l'absence d'une évaluation annuelle, transparente et publique pour mesurer la pertinence de la vidéosurveillance sur la tranquillité publique à partir de critères financiers et techniques. L'évaluation des politiques publiques, rappelons-le, doit être incontournable pour garantir un bon usage des fonds publics : la vidéosurveillance ne doit pas échapper à cette règle.

Or pour Nantes, nous avons appris par voie de presse l’implantation de 30 nouvelles caméras de vidéo-surveillance en mars dernier, une annonce d’autant moins compréhensible en l’absence d’évaluation sur les 97 caméras installées depuis 2018 seulement.

Et pourtant, les études sur les caméras menées en France et en Europe convergent toutes vers un taux d’élucidation faible au regard des moyens engagés. Au mieux, la présence de caméras dans certaines zones ne fait que déplacer la délinquance quelques mètres plus loin. Rappelons également que le réseau de transports en commun de Nantes Métropole est déjà bien équipé avec pas moins de 2300 caméras dans les bus et tramways mais cela ne dissuade en rien les agressions physiques.

Au niveau des ressources humaines, ce sont 15 agents du CSU qui restent mobilisés derrière des écrans 24h /24 et 7j /7 dans des conditions difficiles, que ce soit au niveau oculaire, posture physique et concentration. Nous craignons donc l’arrivée de ces dizaines de nouvelles caméras : un choix coûteux pour les contribuables pour un résultat minime mais qui ajoutera autant de charges de travail pour ces agents.

Comme vous le savez, les élus écologistes et citoyens se prononcent clairement pour une mobilisation de nos ressources financières et humaines dans la présence humaine au plus près des habitants et dans la lutte contre la précarité sociale qui constitue un terreau idéal pour la délinquance et les flambées de violence.

Ce sont là les véritables enjeux que nous devons pleinement investir pour répondre à la demande légitime de tranquillité publique, de la part des habitants de notre territoire.

Laisser un commentaire