L’hôpital de demain doit se construire au plus proche des habitant.e.s
Partager

Alors que M. Castex est venu poser la première pierre du futur CHU sur l’île de Nantes, et face à l’urgence écologique, sociale et sanitaire, nous réaffirmons notre désaccord et souhaitons que ce projet soit repensé à l’échelle des enjeux de notre territoire.

La pandémie et toutes les situations de soin défaillantes rappellent chaque jour de manière criante que nous devons soutenir notre hôpital public car il est le plus à même de garantir l’intérêt général en période de crise.

Face au constat de saturation de l’hôpital, nous devons investir massivement pour un CHU qui réponde aux besoins du territoire. Hélas, ni le site retenu, ni le projet envisagé ne répondent aux attentes : sur l’Île de Nantes, il sera trop centralisé, accessible uniquement grâce aux ponts et soumis aux risques d’inondations, tandis que son fonctionnement basé sur une logique de rationalisation négligera d’autres considérations comme le bien-être des patient.e.s et des soignant.e.s.

Quelle qualité de soins voulons-nous garantir aux habitant.e.s de notre métropole dans les 50 années à venir ? Le projet actuel, limitera le choix entre un service public détérioré,  le recours aux établissements privés ou, pour les populations les plus fragiles, renoncer tout simplement aux soins.

Il est urgent de repenser le projet de CHU et notre offre de santé pour ne rien regretter !

Nous défendons une réponse de soins résiliente et mieux répartie sur le territoire, menée en concertation avec les usager.e.s et les professionnels pour répondre à leurs besoins.

Un hôpital se doit d’être un équipement social : il doit être facilement accessible aux patient.e.s et aux véhicules de secours pour garantir une prise en charge efficace. Nous avons besoin d’un maillage des infrastructures sur notre territoire, d’une vision multi-sites. Déjà trop petit, le futur CHU devra faire face à une augmentation de plus de 100 000 habitants d’ici son ouverture ! La destruction des bâtiments récents comme la maternité est incompréhensible d’un point de vue financier comme d’un point de vue écologique.

Loin d’une vision gestionnaire de l’hôpital qui économise sur les soins et compresse les ressources en personnel de façon inhumaine, les pouvoirs publics doivent investir massivement pour améliorer les conditions de travail. En parallèle, nous devons permettre à chacun.e de se soigner au quotidien à proximité de son domicile. Si les Maisons de santé, ouvertes récemment à Bellevue ou bientôt à Nantes Nord, renforcent l’offre de soins dans les quartiers prioritaires, nous devons continuer à développer des centres de santé au sein de chaque quartier. Ils font partie des solutions pour garantir une accessibilité aux soins pour toutes et tous. 

Il est urgent d’investir pour préparer l’avenir de notre territoire, sauvegarder notre système public de santé et garantir à toutes et tous le droit de vivre en bonne santé !