Accueil Actualités Accueil : renvoi de responsabilités indigne entre Nantes et St Herblain avec l’Etat, le diocèse et le Conseil Départemental

Accueil : renvoi de responsabilités indigne entre Nantes et St Herblain avec l’Etat, le diocèse et le Conseil Départemental

Communiqué de presse - 30 juillet 2019

Les élu-es écologistes et citoyens de Nantes et Saint-Herblain interpellés par les collectifs et associations s’adressent publiquement aux maires de Nantes et Saint Herblain. Après avoir proposé des solutions crédibles (en interne) depuis l’automne, nous constatons à nouveau une absence de volonté d’agir concrètement de la part de ces collectivités, réaffirmée ce 29 juillet.

Depuis l’expulsion du square Vertais à l’initiative de la Ville de Nantes à l’automne, quelques 300 personnes sont aujourd’hui installées au gymnase Jeanne Bernard, propriété du diocèse à Saint Herblain. Parmi elles, une vingtaine de femmes et enfants, autant de mineurs, qui vivent entassés « comme des animaux », disent-ils, encourant d’abord le froid hivernal puis la canicule.

Les dispositifs de l'Etat sont saturés, et la préfecture se refuse à mobiliser des moyens en rapport avec ses obligations d'hébergement d'urgence. Le 115 ne répond pas ou propose des solutions le plus souvent inadaptées notamment pour les femmes et les enfants.

Les collectifs et associations soutenus par l’intersyndicale n’ont cessé d’assurer 200 à 300 repas par jour sans aide publique, d’accompagner les personnes dans leurs démarches administratives, de proposer des solutions, notamment la mise à disposition de locaux disponibles.

La générosité extraordinaire des Nantais et Herblinois a su se mobiliser face à l’indignité : où est celle des maires de Nantes et Saint-Herblain ? L’une se retranche derrière le préalable d’un plan global avec tous les partenaires (pour rendre effectives les 70 places promises), mais qu’elle refuse d’initier, et l’autre derrière la compétence de l’Etat. Les deux maires font front ensemble pour ne pas agir au-delà de la mise en place de quelques sanitaires.

Madame la maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, Monsieur le maire de Saint-Herblain et 2ème vice-président de Nantes Métropole, qu’attendez-vous pour mettre des locaux disponibles à disposition des collectifs et associations qui vous sollicitent depuis des mois, et qui ont les compétences pour assurer un minimum d’humanité dans l’accueil d’enfants et de femmes, de mineurs, d’hommes en mauvaise santé ? D’autant que les personnes qui ont obtenu des rendez-vous à la préfecture en septembre ou octobre sont condamnés à l’errance d’ici là.

Non la situation ne va pas s’améliorer si les collectivités acceptent l’impuissance. Non la souffrance de ces personnes n’est pas tolérable dans notre ville. Faut-il attendre un drame pour que l’Etat ou les collectivités prennent enfin leurs responsabilités ? L’Etat défaillant a une responsabilité légale mais comme premier magistrat de collectivités vous avez une responsabilité morale sur la durée.

Quand il s’agit d’indignité, de souffrance de personnes en dangers, entassées les unes sur les autres, acculées dans le froid ou la canicule, dans une ville riche comme Nantes, il devient immoral de se renvoyer la balle, et la non-action devient caution.

Les élus écologistes et citoyens vous demandent de sortir par le haut de cette situation : en répondant favorablement et en urgence aux propositions de mise à l’abri, en mettant à disposition des locaux disponibles aux collectifs et associations engagés au quotidien et qui assurent repas et accompagnement, et ce dans l'attente de la prise en charge par l’Etat ou le Conseil Départemental.

 

Laisser un commentaire