Accueil Actualités Accueil des migrants : Madame le Maire, il faut changer de méthode face à l’indignité de l’accueil – Intervention de Jean Paul Huard

Accueil des migrants : Madame le Maire, il faut changer de méthode face à l’indignité de l’accueil – Intervention de Jean Paul Huard

 

Mercredi soir Ali, le frère d’Omar, m’a chargé de vous transmettre les remerciements de sa famille pour la collecte réalisée lors du conseil métropolitain de vendredi dernier. Les messages de sympathie transmis par les représentants de différentes sensibilités politiques présents dans cette assemblée montrent s’il en était besoin que nous pouvons nous réunir lorsqu’il s’agit d’humanité et de fraternité.

Peut-être-être Madame le Maire pourrions-nous respecter une minute de silence en la mémoire de Omar, au moment que vous jugerez opportun. La sépulture a lieu dans quelques heures.

Madame le Maire, vous rappelez régulièrement et à juste titre que l’accueil est une compétence d’Etat, que vous assumez d’y consacrer beaucoup d’argent et c’est à votre honneur. La ville de Nantes est membre fondatrice de l'Association nationale des villes et territoires accueillants, qui assume un accueil inconditionnel des personnes sans abri d'où qu'elle viennent, et c'est aussi à votre honneur. Pour autant Madame le Maire il faut changer de méthode parce que le cycle infernal d’occupation expulsion et de l’indignité va se poursuivre, malgré les sommes déjà engagées. Et il n’y a aucun plan pour changer les choses et éviter que des drames ne se reproduisent. Non ce n’est pas une situation exceptionnelle.

A de nombreuses reprises les associations et collectifs qui accompagnent les exilés vous ont fait des propositions nous ont fait des propositions. Ils n’ont pas été entendus.

Hier midi je recevais des acteurs impliqués dans l’accompagnement de personnes survivant au gymnase. Le collectif de soutien aux migrants, la Ligue des Droits de l’Homme, l’association L’autre cantine, l’intersyndicale. Très affectés par le drame qui vient de se passer, en agissant chaque jour contre l’indignité, ils condamnent fermement cette partie de ping-pong entre les institutions qui aboutit à la situation que l’on connaît.

Ils constatent que vous avez à juste titre métropolisé le sujet en initiant un courrier adressé au Ministre de l’Intérieur à l’occasion du conseil métropolitain. Ils proposent que vous mettiez en place un espace de dialogue permanent pour organiser l’accueil à l’échelle métropolitaine. Cet espace pourrait être co-animé par la métropole et l’Inter-collectif « personne à la rue » qui regroupe la plupart des associations et collectifs. Les services de l’État, du département et des communes seraient conviés à cette concertation. La présence de l’État est évidemment très importante mais elle ne doit pas être un préalable sinon rien est possible et la situation va continuer de se détériorer. Ces acteurs cherchent à coopérer avec les institutions. Ne les obligez pas à ouvrir des squats pour mettre à l’abri des personnes à la rue lorsque toutes les solutions sont épuisées, lorsque les institutions sont défaillantes.

Madame le Maire ne condamnez pas ces acteurs à fournir des listes que vous transmettrez à la Préfecture. Ça ne marche pas et la confiance est détériorée. Les dernières accusations du Préfet sont un mensonge. C’est une faute.

Monsieur le Préfet vous accusez les meilleurs d’entre nous. Ce qu’ils font vivre, c’est ce que la République que vous représentez a de plus précieux « la fraternité ». 

Ce sont des humanistes laïcs, ce sont des chrétiens et des musulmans qui mettent en pratique leurs convictions religieuses, ce sont des salariés d’entreprise ou de collectivités, des jeunes en précarité qui font vivre la solidarité… Ce sont des résistants d’aujourd’hui.

Madame le Maire nous avons une situation exceptionnelle à Nantes une grande générosité des habitants qui s’exprime dans les différents collectifs et associations et des organisations syndicales qui les soutiennent, et évite ainsi toute division maléfique entre les salariés d’ici et les personnes qui arrivent. Nous avons des locaux inutilisés. Notre Ville et notre Métropole ont des moyens considérables au regard de territoires pauvres qui doivent faire face à des arrivées de population autrement plus importantes.

Madame le Maire, Madame la Présidente de Nantes Métropole, changeons de méthode et saisissons-nous sans tarder la proposition des acteurs. Pour que la situation de l’accueil ne se détériore pas, pour que des drames ne se reproduisent pas, pour faire vivre la fraternité à Nantes.

Et d'urgence mettons très vite à l'abri les personnes qui ne sont pas rentrées dans le processus mis en place par la Préfecture !

Laisser un commentaire