Accueil Actualités 2,5 millions d’euros pour le gardiennage en 2018. Combien pour empêcher de mettre des personnes à l’abri en 2020 ? Intervention de Jean Paul Huard

2,5 millions d’euros pour le gardiennage en 2018. Combien pour empêcher de mettre des personnes à l’abri en 2020 ? Intervention de Jean Paul Huard

 

Comme le permet le règlement intérieur du conseil municipal, madame le Maire, le groupe Écologistes et Citoyens demande un vote séparé sur les frais de gardiennage.

Impossible de connaître la répartition exacte des gardiennages de locaux vides en 2018 C’est la méthode Bolo, on verrouille tout. 2,5 millions d'euros en fin de conseil ça passe inaperçu, ça évite tout débat . 2,5 millions d'euros en 2018 et un marché de prestations ouvert pour 2 ans à partir de 2020 voilà ce qu’on nous demande de voter.

Les bénévoles et militants d’associations sont vent debout de voir des locaux inoccupés et d’imaginer les coûts de gardiennage jour et nuit. Alors que tous les dispositifs sont saturés pour accueillir ceux qui arrivent, les sans droits ou Ceux qui attendent leur prise en charge par l’Etat .

Monsieur Bolo, on va passer Noël tranquillement avec des vigiles qui gardent les locaux disponibles et des gens dehors dans le froid. On marche sur la tête, on est cynique et on gaspille l’argent des nantais.

Mettons cet argent pour faire des adaptations mêmes provisoires pour accueillir tous les sans abris dans la dignité. Mettons ces locaux à disposition des associations avec des baux précaires.

Paris le fait, des entreprises à Nantes et dans l’agglomération commencent à le faire . Ça coûte moins cher que les gardiennages et les dégradations.

Mais non seulement la ville Et la métropole ne donnent pas l’exemple mais elle dissuade les propriétaires de le faire. Comme elle a dissuadé le diocèse de mettre l’ex collège bon conseil à disposition pour accueillir des exilés ce qui aurait à l’époque permis de fermer le gymnase de st Herblain.

Et comme ces locaux sont restés des années inoccupées ce qui est un scandale au regard des personnes sans refuge, et bien le cycle infernal continue. Expulsion de la maison du peuple de Doulon avec une vingtaine de femmes et d’enfants évacués à 6h30 du matin. Occupation dans la foulée du collège bon conseil, heureusement la justice leur donne 4 mois de délais, et le diocèse sur pression de ses catholiques engagés vient heureusement de décider de remettre l’électricité.

En préférant payer du gardiennage au lieu d’accueillir dignement les Sans abris en coopération avec les associations la ville donne le mauvais exemple et dissuade même les propriétaires de le faire, ce qui est très grave dans la situation que nous connaissons .

Vous comprendrez Madame le Maire que nous ne pouvons pas voter cette délibération. Et bien évidemment nous demandons à Monsieur Bolo de rendre public le détail des dépenses sur les prestations de gardiennage.

Laisser un commentaire