Accueil Actualités Transports en commun : offrir des alternatives aux déplacements voitures, accessibles à toutes et tous ! Intervention de Marc Denis

Transports en commun : offrir des alternatives aux déplacements voitures, accessibles à toutes et tous ! Intervention de Marc Denis

La délibération annuelle sur l'offre et les tarifs des transports en commun est toujours un moment important dans la vie de notre assemblée. Elle permet de fixer un cadre global annuel pour l'exploitation et le financement de notre réseau et la charge qui reste à la charge des usagers.

Avec cette évolution de l'offre : mise en œuvre de nouvelles lignes de Chronobus, notamment et renforcement de lignes existantes, nous continuons à développer notre réseau structurant et à mailler le territoire. Nous nous donnons les moyens d'offrir aux habitants de la métropole de nouvelles offres alternatives à la voiture individuelle, bref, nous nous donnons les moyens d'atteindre les objectifs de notre Plan de Déplacements Urbains.

Cet effort que nous consentons et que nous demandons aux usagers et aux contribuables est indispensable pour maintenir et développer les performances de notre réseau. Ce réseau qui est d’ailleurs déjà l'un des plus performants de France, derrière Lyon et Strasbourg, avec 212 voyages par an et par habitant, contre une moyenne nationale de 162 voyages par an et par habitant.

Cet effort se matérialise donc tout d’abord par le montant important de la contribution financière de la métropole qui s'élève à 95 M € pour cette année 2018, soit près de 500 M € sur ce mandat ! (comme nous l’avons vu précédemment). Parallèlement, l'amélioration de l'offre s'accompagne d'une augmentation des tarifs, mais cette augmentation ne doit pas pénaliser le pouvoir d'achat des plus modestes de nos concitoyens. La grille des tarifs doit au contraire encourager chacun, inciter à utiliser les transports en commun.

C'est l'occasion de rappeler les bons chiffres de la tarification solidaire que nous avons mise en place en 2016 pour les revenus les plus faibles : 54.000 personnes bénéficient de cette tarification et près des 2/3 d’entre eux de la gratuité.

Pendant ce temps, le gouvernement entame ses projets de réformes ferroviaires, que l'on pourrait résumer par :

  • moins de trains,
  • moins de rails à entretenir,
  • moins de cheminots à payer.

Pour le reste, prenez le bus, la voiture ou restez chez vous !

C'est bien en termes comptables que ce gouvernement dessine l'avenir du transport ferroviaire, faisant fi du service public et de l'avenir de la planète. Une bataille du rail qui s’apparente à un massacre à la tronçonneuse, à coup d'ordonnances, sans dialogue ni concertation avec les collectivités territoriales, les usagers, les personnels. Le train n'est pas seulement un moyen de locomotion, c'est aussi un outil essentiel à la transition écologique et il est insupportable qu'il soit réduit à relier entre elles les grandes métropoles. La bataille du service public ferroviaire et au-delà pour le service public en général, c’est d'abord une bataille pour l'égalité entre les citoyens et entre les territoires. Nous la soutenons pleinement.

Je vous remercie de votre attention.

 

Laisser un commentaire