Accueil Actualités Stratégie locale de gestion des risques d’inondation : intervention de Julie Laernoes

Stratégie locale de gestion des risques d’inondation : intervention de Julie Laernoes

Cette délibération est étroitement liée au au PCAET. 

En effet, le changement climatique nécessite une adaptation de nos politiques publiques et de nos actions.
Le PCAET décrit l’impact du changement climatique à partir des principaux aléas qui toucheront le territoire. En ce sens le volet adaptation est structuré en deux orientations stratégiques :

- Mieux vivre avec un climat plus chaud

L’évolution tendancielle des températures à la hausse induit de nombreux effets. Ces évolutions vont impacter de nombreux domaines dont la biodiversité et la nature en ville, le cycle de l’eau. Le territoire doit dès maintenant anticiper les mutations nécessaires.

-  Se préparer à de nouveaux types d’événements climatiques

Les domaines listés précédemment seront également impactés par des aléas extrêmes comme : les vagues de chaleur (canicule), les sécheresses (retrait gonflement d’argile), les inondations, orages et pluies intenses (crue des cours d’eau, précipitation, ruissellement), les tempêtes (vent violent). Le territoire doit se préparer à gérer ces crises.

L’occurrence possible de multiples aléas, obligera les systèmes urbains à s’adapter pour être plus robustes face à une augmentation de la fréquence de ces aléas et/ou de l’augmentation de leur intensité.

Pour se préparer au changement climatique et organiser son action, Nantes Métropole a déterminé quatre grands enjeux :

  • Favoriser les changements de pratiques et la solidarité : cela vise à sensibiliser et former les différentes types de publics aux évolutions du climat et ses conséquences sur le territoire en vue d’accroître la connaissance et l’expertise.

  • Préserver la santé et améliorer la qualité de vie : cela vise à préserver la santé des habitants, développer des aménités positives dans la ville et accroître la qualité de vie ainsi que l’attractivité du territoire.

  • Protéger les ressources du territoire : qu’elles soient naturelles, énergétiques ou économiques.

  • Renforcer la résilience et gérer les crises : cela vise à  assurer la sécurité et la protection des populations et à adapter les organisations concernées pour face aux crises générées par le changement climatique.

 La vulnérabilité de notre agglomération nécessite une plus grande complémentarité entre   les  collectivités,   les syndicats  des eaux,  et  les  autres  acteurs de la gestion des eaux et des inondations.

Tel que le précise la délibération, il nous revient d'appréhender les crues de la Loire et de ses affluents.

Nous soulignons ici l'exemplarité de l'EDENN qui a une approche par bassins versants avec tous les acteurs concernés , qui réalise un volet d'action important pour la prévention. 

Le Plan  qui nous est présenté nécessitera  beaucoup de pédagogie et le cas échéant des mesures de rétorsion. 

Nous proposons que les actions menées  soient  connues de tous et fassent  l'objet d' une évaluation  partagée. 

Nous proposons  enfin que ce plan ,  d'une durée de 3 ans,   comporte une clause de revoyure annuelle permettant d'apprécier son adéquation avec la réalité des inondations subies par les territoires concernés. 

Laisser un commentaire