Accueil Actualités Stade : les « écolos » diront non

Stade : les « écolos » diront non

Bien que membres de la majorité, vendredi, les élus EELV voteront non à la délibération sur un deuxième stade.

On a été élu pour préserver l'intérêt général et pas l'intérêt privé », lance Julie Laernoes, chef de file EELV à Nantes Métropole. Juste avant le vote, ce vendredi 7 décembre, d'une délibération sur un projet de nouveau stade au conseil métropolitain, les écologistes Mahel Coppey, Pascale Chiron, Marc Denis et Jean-Paul Huard, membres de la majorité de Johanna Rolland (PS), affichent leur singularité alors que la question divise.

Un nouveau stade ? « On ne doit pas être au-dessus de la mêlée en prenant ce genre de décision... Avec ce stade, on va à contresens de la demande des gens », souligne Julie Laernoes en critiquant l'idée de « deux stades côte à côte, privé et public... On n'a toujours pas d'étude sur l'impact économique, social, environnemental et énergétique de ce projet... On signerait un chèque en blanc à Waldemar Kita... Et les coûts d'entretien de La Beaujoire seraient supportés pour un stade de foot sans foot. On votera tous contre. »

Les écologistes insistent sur la gouvernance de Nantes Métropole. « On a élaboré ensemble le Plan local de l'habitat (PLH) et le Plan de déplacement urbain (PDU) », deux points de la transition écologique mis au vote vendredi. « Ça veut dire que des collectivités locales peuvent faire des choses pour rénover l'habitat et innover », soutient Julie Laernoes. « Là, le dossier du stade, complète Pascale Chiron, c'est un Ovni, elle a décidé toute seule, il n'y a pas de concertation, de coparticipation et de coconstruction alors que sur les autres dossiers on est volontaires ».

Les écologistes s'en défendent, « ce n'est pas un point de rupture, je veux qu'on parle du fond, comment on recrée du contrat social. » Ils veulent éviter « un vote par un esprit de corps au PS... La modernité, c'est une vraie rénovation ambitieuse pour la Beaujoire. » Un projet a été présenté en novembre par À la Nantaise avec l'architecte Agopyan, qui avait construit le stade en 1984, et promet de le rénover pour 29 à 34 millions d'euros. En s'appuyant « sur une augmentation de la location du stade au FC Nantes ».

Source : Presse-Océan du 5 décembre 2018

Laisser un commentaire