Accueil Actualités Soutien au centre LGBTI+ dans son combat pour l’égalité des droits et la lutte contre les actes homophobes – Intervention de Pierre-Yves Le Brun

Soutien au centre LGBTI+ dans son combat pour l’égalité des droits et la lutte contre les actes homophobes – Intervention de Pierre-Yves Le Brun

 

C'est une délibération importante que nous allons voter, en effet, elle réaffirme clairement l'engagement des élu-e-s dans la lutte contre les discriminations, et pour l'égalité réelle.

Elle témoigne de la reconnaissance et du soutien de la ville au dynamisme d'une association présente et active sur Nantes depuis plus de 20 ans. Une association qui a su œuvrer de différentes manières, que ce soit dans l'information, le conseil, l'accompagnement, les actions de prévention, l'aide aux victimes, la dénonciation de la haine, et les batailles successives pour l'égalité des droits. Nous rappelons que NOSIG exerce à Nantes une mission d'intérêt général indispensable et vitale.  

Le soutien de notre municipalité, dans le strict respect de la liberté d'initiative et de l'autonomie de NOSIG, est d'autant plus important que l'action de NOSIG a été remise en cause l'année dernière, le versement de la subvention de la ville de Nantes ayant été invalidée par le tribunal administratif, une décision heureusement annulée en appel. 

Notre vote, mes chers collègues, intervient dans un contexte particulier, au niveau national et international, marqué par de nombreuses expressions et actes homophobes.

Je pense en premier lieu aux nombreux messages de haine qui ont déferlé sur les réseaux sociaux, suite à la désignation du chanteur Bilal Hassani pour représenter la France au concours de l'Eurovision : 1500 tweets haineux et répréhensibles par la loi, en 5 jours, adressés par de courageux anonymes.

Plus loin de nous, c'est un député Brésilien gay qui choisit l'exil. Craignant pour sa vie, ce député, figure de la lutte pour les droits des personnes LGBT et cible du nouveau président brésilien, a renoncé à son mandat et a  décidé de quitter son pays . Malheureusement, on pourrait ainsi continuer à énumérer, en Europe et dans le monde, de nombreux autres exemples de violence souvent encouragée  par l'arrivée au pouvoir de régimes autoritaires et ouvertement homophobes.

Ni la France ni la Ville de Nantes ne sont épargnées par cette violence. La Loire-Atlantique est dans le top 11 des départements qui ont recensé le plus d'agressions homophobes en 2018, avec plus de 20 témoignages à SOS Homophobie qui ne sont bien sûr que la partie émergée de l'iceberg. Voilà pour la violence physique. Mais la violence est aussi symbolique. Les "marches des Fiertés", à deux pas de la Mairie, ont été dégradées à plusieurs reprises, encore une fois par de courageux anonymes. Aussi, en remettant en cause la mission d'intérêt général de NOSIG, le tribunal administratif exerçait en 2018 sur la communauté LGBT une violence institutionnelle intolérable et à nos yeux, injustifiable.

Dans ce contexte la nouvelle campagne gouvernementale pour lutter contre l'homophobie et la transphobie dans les collèges et lycées est une première étape importante, mais qui ne peut être suffisante.

Par un vote massif de notre conseil municipal en faveur de cette délibération, nous enverrons un message fort et clair de soutien à la communauté LGBT et, plus largement, un message de refus de la haine et des discriminations.

Laisser un commentaire