Accueil Actualités Sortir des énergies carbonées et faire vivre la centrale de Cordemais : pour la poursuite du projet expérimental Ecocombust – Intervention de Julie Laernoes

Sortir des énergies carbonées et faire vivre la centrale de Cordemais : pour la poursuite du projet expérimental Ecocombust – Intervention de Julie Laernoes

***

Voeu adopté :

Le Président de la République a annoncé dans le cadre de la Programmation Pluriannuelle de l'Énergie (PPE) la fermeture des quatre centrales à charbon d'ici 2022.

Sortir des énergies carbonées est un objectif que la France doit atteindre à terme pour respecter les engagements pris dans le cadre de sa transition énergétique. Dans cette perspective, le gouvernement ne peut ignorer l'expérimentation Ecocombust menée et portée par les salariés et la direction de la centrale de Cordemais depuis plusieurs années, et soutenue par l'ensemble des collectivités du territoire.

L’annonce de fermer la Centrale de Cordemais en 2022 ignore deux enjeux essentiels :

- Sortir des énergies carbonées et agir en faveur de la transition énergétique ne peut se faire sans tenir compte des conséquences sociales à court et moyen termes (plus de 15000 emplois directs et indirects concernés), ni des effets sur 'économie régionale, en premier lieu l'activité portuaire, et ne peuvent s'exonérer de la dynamique territoriale. Pour maintenir une activité à Cordemais et répondre aux enjeux écologiques, Ies équipes ont engagé depuis plusieurs années un travail pour sa reconversion avec le projet expérimental Ecocombust. cette expérimentation, fuit d’un travail volontariste des salaries et leur direction doit être soutenue jusqu'à son terme et évaluée collectivement en prenant en compte tous les aspects sociaux, énergétiques, économiques, et environnementaux.

- La centrale occupe aujourd'hui une position essentielle dans l'alimentation électrique dans une approche territoriale. Le travail de reconversion engagé à Cordemais participe de l'innovation et de la recherche en matière de transition énergétique. C'est pour cela que Nantes Métropole, Estuaire et Sillon et La Carene demandent à ce qu'il soit inscrit dans le Contrat de Transition Ecologique que l'Etat se propose de passer avec eux.

Une transition énergétique efficace et réaliste se construit sur le court, moyen et long terme, avec les territoires, et en concertation avec les acteurs impliqués. L’État doit donner aux territoires et à leurs habitants, les moyens d'assurer leur avenir énergétique et les moyens d'innover pour sortir de l'énergie carbonée.

C'est pourquoi, le Conseil Métropolitain demande à ce que le projet expérimental Ecocombust, qui peut être un modèle pour la reconversion d'autres centrales thermiques, soit inscrit dans le Contrat de Transition Ecologique de Nantes Métropole, Estuaire et Sillon et la Carene.

Le Conseil demande :

- au Président de la République et au Gouvernement de ne pas fermer la centrale de Cordemais sans reconversion écologique qui donne un avenir industriel au site.

- au gouvernement de créer les conditions pour que les projets expérimentaux ou toute autre reconversion écologique idoine soit mise en œuvre pour garantir les capacités de production énergétique, le développement du territoire, et pour respecter la trajectoire préconisée du GIEC à +1,5 degrés.

Laisser un commentaire