Accueil Actualités Ronan Dantec : « L’Afrique concentre tous les risques climatiques »

Ronan Dantec : « L’Afrique concentre tous les risques climatiques »

Portrait de Ronan Dantec et de son engagement dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Source : Le nouveau Marianne - 13 juillet 2018

Il fait avancer la cause climatique, en fédérant au niveau mondial les acteurs non étatiques. Avec son association Climate Chance, il a organisé à Abidjan un sommet pour l'Afrique. Le continent, en péril climatique, fait peser une menace sur le monde entier.

Avenant et blagueur, Ronan Dantec incarne une écologie joviale. Mais, quand on l'a rencontré, le sénateur a été rattrapé par une actualité tragique à Abidjan, où il devait se rendre. « La ville a vécu les pires inondations depuis des décennies, avec 18 morts, nous apprend-il. Cela renvoie cruellement au cœur de ce sujet du changement climatique et rappelle l'urgence d'agir en Afrique, le continent de tous les risques. » Agir partout pour éviter la catastrophe d'une hausse incontrôlée du thermomètre planétaire, avec les événements extrêmes qu'elle induit, telle est la vocation de ce Breton. Si elle l'a conduit dans la capitale ivoirienne, c'est pour y organiser les 28 et 29 juin, avec son association Climate Chance, le premier sommet africain des acteurs non étatiques luttant contre le réchauffement. « Ronan Dantec a mis à notre disposition un cadre d'échange et de partage d'expériences, apprécie Mame Bousso Faye, environnementaliste de l'ONG Enda Energie. Mais il est aussi une voix qui porte le message des Africains. »

Méconnu en France, Ronan Dantec est une personnalité de premier plan dans le combat mondial pour le climat, en tant que fédérateur des entités autres que les Etats. D'abord comme porte-parole de Cités et gouvernements locaux unis (Cglu), un organisme regroupant des collectivités locales du monde entier, échelons essentiels dans la mise en œuvre de pratiques écoresponsables. Puis il fonde Climate Chance, en rassemblant dans son comité d'organisation collectivités locales, entreprises, ONG, syndicats, scientifiques, représentants du monde agricole et des peuples autochtones. En 2016, l'association a organisé son premier grand sommet à Nantes, puis a réuni l'année suivante à Agadir 5 000 acteurs internationaux pour signer la déclaration d'engagement la plus massive jamais adoptée dans les négociations sur le climat. « A Abidjan, des feuilles de route précises ont été établies, pour mettre ces engagements en application en Afrique, dans des domaines clés comme l'agriculture et la protection des terres, la planification urbaine ou la mobilité, avec à chaque fois un volet formation primordial », confie le Français.

L'enjeu est de taille. Chaque année, 600 000 Africains meurent des suites de la pollution de l'air domestique. Et la situation va s'aggraver si rien n'est fait : il devrait y avoir 2,5 milliards d'Africains en 2050. A cette date, le continent émettra 20 % du CO2 mondial (contre 3,8 % aujourd'hui). On prévoit une explosion des migrations climatiques vers l'Europe. « Il y a beaucoup de projets de centrales à charbon. Mais, si l'Afrique suit le modèle que nous avons eu, les émissions augmenteront fortement, ce qui annulera les réductions obtenues en Europe, poursuit notre homme. On doit trouver d'autres réponses énergétiques. Penser aussi à préserver la capacité de stockage de la forêt équatoriale. » Sans oublier la problématique financière. « Beaucoup d'argent est disponible pour le climat, mais il faut le rendre accessible, y compris aux petits acteurs qui sont les plus nombreux. » Se sont ainsi élaborés des protocoles donnant à des agriculteurs ou à des villes moyennes la possibilité d'un développement allégé en CO2. Et le partage d'expériences devrait permettre de dupliquer des initiatives positives. « On amène un peu de méthode, mais pas de solutions, précise Ronan Dantec. Les Africains vont mettre eux-mêmes en œuvre des stratégies sectorielles, et montrer ce qui marche. » Après un premier sommet destiné à réunir les acteurs, ce rendez-vous africain de Climate Chance va devenir annuel. Comme une sorte de baromètre de l'évolution du continent que Ronan Dantec s'affaire à rendre aussi climato-compatible que possible.

Bio express

- 1963 : Naissance à Brest.
- 2001 : Adjoint au maire de Nantes et vice-président de la communauté urbaine en charge de l'environnement.
- 2007 : Porte-parole climat de Cités et gouvernements locaux unis.
- 2011 : Sénateur Europe Ecologie-Les Verts du département de Loire-Atlantique.
- 2016 : Fondateur de Climate Chance.
- 2018 : En partenariat avec l'Assemblée des régions et districts de Côte-d'Ivoire, Climate Chance organise le premier sommet africain sur le climat.

Repères

- 500 : Le nombre de participants au sommet d'Abidjan. Avec entre autres des ONG, des représentants de collectivités locales, des chercheurs, des dirigeants d'entreprise, des agriculteurs et des officiels ivoiriens. On compte 38 pays représentés, dont 25 africains.

- 3,8 % : C'est la part de l'Afrique dans les émissions mondiales de gaz à effet de serre. Elle devrait dépasser les 20 % en 2030, d'après une étude publiée en 2014 dans Environmental Research Letters.

- 600 000 : Africains meurent chaque année des suites de la pollution de l'air domestique, dont la moitié sont des enfants de moins de 5 ans, d'après le rapport 2015 d'Africa Progress Panel, dirigé par Kofi Annan.

- 1,2 milliard d'habitants en Afrique. Il devrait y en avoir 1 milliard de plus d'ici à trente ans. Et à la fin du siècle l'Afrique pourrait représenter 40 % de la population mondiale.

- 86 millions : D'ici à 2050, tel pourrait être le nombre de migrants fuyant l'Afrique subsaharienne en raison du réchauffement climatique, selon un rapport de la Banque mondiale publié en mars dernier.

Laisser un commentaire