Accueil Actualités Retour sur les 10 jours de la santé environnementale

Retour sur les 10 jours de la santé environnementale

Communication et santé environnementale : un défi de grande actualité

Crédit photo © Eric Hecker

Pour leur première édition, les « 10 jours de la santé environnementale » de la Ville de Nantes ont réussi début octobre à trouver un certain public… Un succès d’estime dont ne veulent pourtant pas se satisfaire les organisateurs, décidés à élargir la mobilisation. Retour sur un événement prometteur.

Conférence-débat « Focus santé » sur la qualité de l’air intérieur : public nombreux. Visite du Pollinarium Sentinelle de Nantes et d’une station de mesure d’Air Pays de la Loire : complet pour les agents Ville et Nantes Métropole. Animation « vélo-mixeur » à l’Université (STAPS) : public étudiant ravi. Et une très bonne réception pour les messages de promotion des escaliers (rue de l’Échelle et au CCAS)…

En revanche, samedi après-midi, le forum grand public sur l’environnement intérieur n’a lui été que très peu fréquenté. « Il faut admettre que les événements “ciblés” ont facilement recruté, tandis que notre offre grand public n’a pas été suffisamment relayée, analyse Catherine Bassani, conseillère municipale en charge de la santé environnementale. Mais il ne faut jamais baisser les bras. Pour une prochaine édition de cette rencontre sur la santé environnementale, nous devrons dépasser cet écueil ».

« Ne jamais baisser les bras »

Comment expliquer la difficulté à appeler l’attention du grand public ? Par la concurrence de l’offre tout d’abord, car les familles ont évidemment beaucoup à faire le samedi après-midi. Par le lieu, peut-être, qui doit être plus central. Par la communication, aussi, qu’il faut démultiplier. « Et puis le thème lui-même mobilise prioritairement les consommateurs éclairés, reprend Catherine Bassani. Vers les autres, il faut démultiplier nos efforts d’information, peut-être choisir de se greffer sur des événements existants où le public est présent, ou se positionner à des endroits bien fréquentés… car l’enjeu est de taille : à Nantes comme partout dans le monde, ce sont les personnes les plus fragiles (physiquement ou socialement) dont la santé est la plus menacée par un environnement de vie dégradé ».

L’atelier Nesting comme le débat théâtralisé sont convaincants…

Il est en effet bien dommage que le public n’ait pas répondu présent pour cet après-midi d’information de qualité, où toute l’information était disponible grâce à la disponibilité des associations et acteurs partenaires*. À l’exemple de l’atelier Nesting, animé par Claire Corre de la Mutualité Française Pays de la Loire. Sept jeunes femmes ont fait le tour des sujets de la pollution des intérieurs, qu’il s’agisse de cuisine, de ménage ou de toilette, débattant avec l’animatrice sur les produits et les pratiques, et apprenant avec elle comment désamorcer certains risques. « Nous n’appelons pas forcément à bannir systématiquement tous les produits industriels. En fait, nous invitons les consommateurs à questionner ce qu’on leur propose, à se méfier des apparences, à regarder derrière les étiquettes qui sont loin d’être limpides, et évaluer l’effet “cocktail” de l’accumulation de petits polluants toute la journée. L’important est de savoir être critique », résume Claire Corre… qui de toute évidence a su convaincre son auditoire.

mais où est le public ?

Succès tout aussi remarquable de la représentation de théâtre-débat donnée en fin d’après-midi, une proposition de la compagnie Entrées de jeu, qui s’est fait une spécialité de ce type de « débat théâtralisé ». Une formule originale et de grande efficacité, constituée de textes bien écrits et portés par un fonds scientifique et sociologique de qualité, et animée par une gentille provocation du public à participer sur scène. Sur des thèmes majeurs de la santé environnementale, calés avec les organisateurs (comme les produits ménagers, l’aération des intérieurs, les cosmétiques, les ondes, la voiture, la nourriture…), les comédiens savent porter le fer là où c’est difficile à gérer : comment convaincre un ado de se détacher des marques à la mode, comment communiquer entre bio-addicts et septiques, comment expliquer que le propre n’a pas forcément d’une odeur de propre diffusé par un spray industriel… Un spectacle qui mène efficacement à la réflexion par le sourire, voire le rire, qu’on voudrait voir partager par le plus grand nombre possible.

*L’événement réalisé par la Direction Santé Publique de la Ville de Nantes, dans le cadre du troisième PRSE, avait les soutiens financiers de l’Agence Régionale de Santé (ARS), de l’État (DREAL), de la Mutualité Française des Pays de la Loire, de la MGEN et d’Harmonie Mutuelle, et le partenariat de Air Pays de la Loire, UFC Que Choisir, CCAS, CHU de Nantes, WECF, UFC Que Choisir, SOLIHA, CLCV, Metamorphone, Neosfair, Alisée.

 

Source : Plan Régional Santé Environnement : http://www.paysdelaloire.prse.fr/communication-et-sante-environnementale-un-defi-de-a347.html

Laisser un commentaire