Accueil Dans l'agglo Dérogation au repos dominical : intervention des élus EELV, ESHA et UDB

Dérogation au repos dominical : intervention des élus EELV, ESHA et UDB

Ville de Saint-Herblain – Conseil municipal du 12 décembre 2016.
Dérogation au repos dominical des salariés dans les commerces de détail au titre de l’année 2017 et question de l’ouverture des bibliothèques le dimanche.

Intervention d’Anthony Hamelin pour les élu-e-s EELV, ESHA et UDB.

Mesdames, Messieurs,

Depuis 1989, le refus d’ouverture des commerces valaient même pour les fêtes de fin d’année.
En 2015, par crainte d’accorder un avantage excessif aux pôles commerciaux installés dans la périphérie nantaise, nous avons accepté l’ouverture des commerces de centre-ville et centre-bourg qui peut se comprendre par l’ouverture des marchés de Noël.

 

Aujourd’hui, pour l’année 2017 il nous est proposé une ouverture des commerces de périphérie les deux dimanche avant Noël 2017, dont la veille de Noël, Mais qu’en sera-t-il l’année suivante ?

En ce mois de Noël, c’est bien de libéralisation dont il est question. Il s’agit de célébrer, dans l’opulence pour ceux qui le pourront, la société de consommation.
Peut-être a-t-on connaissance d’une prophétie de la relance qui permettrait à la consommation d’augmenter sans variation du pouvoir d’achat ?
Avons-nous eu un message nous signifiant qu’il allait y avoir une intervention divine à l’approche de Noël et qu’une main invisible remplirait le portefeuille des habitantEs le dimanche?
Peut-être encore est-ce une façon de féliciter, ensemble moins quelques- unEs, la production à bas coûts et dans des conditions parfois inhumaines, de jouets, de textiles ou encore de matériel informatique. De fermer les yeux sur la pollution que génèrent cet événement et le mode de vie consumériste en général, entre le transport intercontinental et la quantité phénoménale de déchets produite. D’encourager des dépenses d’énergie au-delà du raisonnable pour éclairer les bâtiments, les rues et les vitrines.

 

Tout cela en direction de ceux qui, pour respecter la tradition, pour faire plaisir, pour affirmer un statut social auprès de leur famille, de leurs proches, de leur propre estime, vont dépenser des sommes parfois colossales, voire contracter des crédits pour participer dignement, à ce rite destructeur.
S’ajoute cet argument de la prise en compte du e-commerce. Les commerces en « dur » font également commerce en ligne24/24.
Un mot encore sur le fantasme d’une libéralisation sur la base du volontariat. Si, à l’embauche, votre patron vous demande si vous êtes prêt à travailler le dimanche, devinez quelle est la bonne réponse ?
De plus nous parlons bien ici de commerces de biens matériels et non de denrées alimentaires. Il y a un an pour faire ces achats de Noël pourquoi attendre la veille et en plus un dimanche? Certes il existe l’obsolescence programmée mais aucune date limite de consommation n’est mentionnée sur ce type de biens.

 

Le Conseil métropolitain en 2015 a réussi à trouver une position mesurée,
· cherchant à soutenir le commerce de proximité par opposition à internet et aux centres commerciaux,
· cherchant à donner un avantage concurrentiel aux créateurs et aux artisans par opposition aux distributeurs de produits manufacturés,

 

Mais cette année la porte s’ouvre un peu plus malheureusement,

 

Je vous remercie de votre attention.

Laisser un commentaire