Accueil Actualités Déplacements à Nantes : place aux développement des transports alternatifs à la voiture ! Intervention de Ghislaine Rodriguez

Déplacements à Nantes : place aux développement des transports alternatifs à la voiture ! Intervention de Ghislaine Rodriguez

Ce projet de Plan de Déplacements Urbains, tel qu'il a été voté par le conseil métropolitain de février dernier, est indispensable pour accompagner le dynamisme démographique et économique de notre agglomération. Il est indispensable car notre collectivité doit poursuivre et intensifier ses efforts pour répondre aux enjeux, climatiques, de santé et de cohésion sociale qui sont présents sur notre territoire et traversent plus largement notre société :

- urgence climatique,

- qualité de l’air, santé par la pratique d’une activité physique de marche ou de vélo,

- desserte de tous nos quartiers par un réseau de transports collectifs de qualité, accessible par nos concitoyens aux revenus les plus modestes grâce à une tarification solidaire

Les objectifs du précédent PDU n'ont malheureusement pas tous été atteints, je pense en particulier à la part modale du vélo. Il nous faut donc maintenir un volontarisme et continuer nos efforts d’ici 2030.

Les élus écologistes et citoyens ont participé à la consultation de ce projet de PDU, au printemps 2017, et ont approuvé le projet de PDU en conseil métropolitain.

Nous nous retrouvons dans les axes d'actions et les grandes orientations et j’aimerais souligner ici 3 axes qui nous semblent particulièrement importants :


1 - La poursuite du développement du réseau des transports collectif en passant à un réseau maillé… Cette poursuite est indispensable et répond à certaines de nos propositions comme la connexion L1/L2, la desserte de l'ouest de l'île de Nantes, ou encore la desserte de Nantes Atlantique par le tramway ou le train, une très ancienne proposition des écologistes !

2- Le partage de l'espace urbain au profit de la marche et du vélo ; c’est indispensable pour développer ces modes. Il faut un réel partage de l'espace urbain, au profit des habitants et non des voitures !

3- Les nouvelles pratiques, liées à l'évolution des modes de vie comme le covoiturage ou l’autopartage ; elles sont à développer. La possession d'une automobile n'est plus une priorité pour tous nos concitoyens. L'usage des nouvelles technologies sera un atout important pour aider à développer ces nouvelles pratiques.


Dans ce projet de PDU, Nantes joue un rôle essentiel. Ville centre de l'agglomération, c'est elle qui concentre le plus de déplacements, et c'est elle aussi qui est le mieux desservie par les transports en commun, par les aménagements cyclables. Nous nous devons donc être exemplaires !


Exemplaires sur le stationnement automobile, qui doit continuer à être maîtrisé, limité, diminué. Pour obliger le report vers d'autres modes de déplacements, et réorienter des investissements initialement prévus pour le stationnement vers le développement des modes alternatifs. Sur ce point, nous redisons notre opposition à tout nouveau projet de parking en centre-ville, en particulier le projet de parking sous le cours Saint Pierre, un projet onéreux dans un sous-sol constitué de roches, juste au-dessus du canal Saint-Félix.


Exemplaires nous devons l’être aussi sur un aménagement de l'espace public qui donne la priorité aux piétons et cyclistes. C'est déjà le cas dans le centre-ville, ce le sera encore plus après les travaux d'aménagement des abords de la gare, après la requalification des espaces à Feydeau/Commerce, et plus tard lors du réaménagement de la Petite Hollande et des bords de Loire. Cette attention à la qualité de l’aménagement des espaces publics pour favoriser la marche et le vélo doit être étendue à tous les quartiers nantais. Avec des zones 30 qui ne se limitent pas à de simples marquages au sol. Avec des aménagements cyclables suffisamment larges et confortables qui anticipent une progression importante du nombre de cyclistes dans les prochaines années.

Exemplaires, nous devons l’être également sur le respect des aménagements existants. Les récents chiffres cités par l'association Place au Vélo nous indiquent que seuls 1.200 PV pour stationnement très gênant ont été dressés l'année dernière, c'est à dire un tous les 3 jours. C'est extrêmement peu au regard des nombreuses infractions constatées chaque jour, de non respect des trottoirs, des aménagements cyclables, et qui peuvent dissuader les Nantais de se déplacer à pied ou à vélo. La verbalisation est indispensable, et doit être renforcée pour favoriser le recours à la marche et au vélo en toute sécurité.


Exemplaires, nous devons l’être enfin sur les incitations à pratiquer la marche et le vélo :

- dès le plus jeune âge, grâce au programme d'éco-mobilité scolaire même si nous déplorons le manque d'ambition de ce programme, qui ne concerne qu'un petit nombre des écoles nantaises.

- à travers des dispositifs incitatifs positifs, comme l’indemnité kilométrique vélo, que nous appelons de nos vœux depuis plusieurs années. Nous saluons donc sa mise en place prochaine par la ville de Nantes et Nantes Métropole.

Laisser un commentaire