Accueil Actualités Accueil et citoyenneté des étrangers : intervention de Catherine Bassani-Pillot

Accueil et citoyenneté des étrangers : intervention de Catherine Bassani-Pillot

 

Tout d’abord, au nom des élus écologistes et citoyens, merci très sincèrement pour cette présentation, et bravo pour le travail et l’engagement des membres du Conseil nantais pour la citoyenneté des étrangers. 

 

Nous saluons également le fort investissement de notre collègue Nathalie Blin, et des agents en charge de cette politique nantaise très volontariste. 

 

Indéniablement vous participez à construire une ville accueillante, inclusive et non discriminante, où chacune et chacun doit pouvoir bénéficier d’une égalité de traitement. Les actions présentées montrent toute la pertinence et l’intérêt d'associer ces "Nantais venus d'ailleurs", pour reprendre le titre d'une très belle exposition présentée au Château de Nantes en 2011. 

 

En effet, la démocratie vit grâce à la participation de toutes celles et tous ceux qui animent le territoire au quotidien. Cette expertise du vécu nous est précieuse et unique, pour mieux répondre aux différents besoins et attentes des citoyens nantais. 

 

C’est pourquoi nous invitons les membres du CNCE à élargir et ouvrir davantage leur participation pour enrichir les politiques publiques, nantaises et métropolitaines. Soyez force d’initiatives, proposez des axes de travail, innovez, osez… nous en avons tous besoin !

 

Rappelons-le : Le CNCE a été créé en 2004 pour permettre à celles et ceux qui sont privés du droit de vote, d’exercer leur citoyenneté et de participer à la construction des politiques locales.

 

La reconnaissance du droit de vote pour les résidents étrangers aux élections locales est une promesse électorale maintes fois brandie ... Quel avenir lui est-il réservé par le nouveau gouvernement aujourd'hui ?

 

Faut-il rappeler que ces hommes et ces femmes vivent et travaillent dans nos communes, participent à la vie locale, paient des impôts, s’investissent dans des associations, sont délégués syndicaux, représentants de parents d’élèves, etc… 

 

La vie locale est essentielle à la vie démocratique, au vivre ensemble, et il n’existe aucune raison pour que toutes celles et tous ceux qui résident sur ces territoires n’y participent pas de façon égale. 

 

C’est une exigence pour faire vivre la démocratie, pour tendre vers cette devise républicaine qu’est l’Égalité. Et nous la défendons depuis toujours.

 

Nous ne pouvons pas parler de la citoyenneté des étrangers sans parler de la situation préoccupante à laquelle sont confrontés certains migrants. Ils sont arrivés à Nantes pour de multiples raisons, mais ils sont là, errent dans la ville, vivent dans des squats dans la promiscuité et des conditions sanitaires indignes, dans la peur et avec la précarité comme quotidien.

 

LÉtat est détenteur de la compétence en matière d’accueil des demandeurs d’asile et d’octroi du statut de réfugié. Il est également en charge de l'hébergement d'urgence. Or près de 50 jours après l’installation du nouvel exécutif, il reste difficile d’y voir clair sur ses intentions. 

 

C’est pourquoi nous, élus écologistes et citoyens, nous demandons au Président de la République de prendre les mesures nécessaires pour œuvrer avec les autres pays européens à la construction d’une politique migratoire digne de ce nom. Il y a urgence.

 

Les collectivités sont en première ligne : ce sont elles qui accueillent et doivent affronter les questions de terrain. Les villes de Grande Synthe, puis Paris, montrent la voie d'une prise en charge par les territoires, obligeant l'Etat à faire des propositions. 

 

Ici à Nantes, la ville agit déjà, mais les besoins sont chaque jour de plus en plus importants. Il faut passer à l'étape supérieure. 

 

Au-delà des compétences, obligatoires ou non, nous avons un devoir d'accueil, de fraternité, de solidarité pour celles et ceux qui arrivent sur nos territoires. Des habitants, des collectifs, des associations l'ont bien compris et ils n'ont pas attendu pour agir : hébergements, dons, soutiens dans les démarches administratives, soutiens scolaires, aides alimentaires… Pour autant, ils sont débordés et n’arrivent plus à faire face. Ces élans de solidarité ont besoin d'être relayés par des engagements politiques forts.

 

Avec celles et ceux qui agissent, trouvons ensemble des solutions humaines ! Nous le répétons, il y a urgence, cest pourquoi nous soutenons la mise à disposition de locaux municipaux à des associations et la mise à l’abri des migrants en attente de droit commun ou sans solution.

 

Vous pouvez compter sur notre mobilisation.

Laisser un commentaire